Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 11:55
Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 09:57
Repost 0
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 09:00

C'est un objet qui a été fabriqué en tôle au XIX et XXème siècle, qui était utilisé dans la région des Alpes, dans lequel les contrebandiers cachaient une boisson interdite à ce moment-là, et avec laquelle on pouvait être ivre. Sa matière est très dure, il a des formes incurvées et à côté de son ouverture des nœuds qui permettaient de le cacher sous les vêtements ou bien sur le dos d'un chien. Sa taille dépendait du choix de son propriétaire de transporter une certaine quantité d'alcool. Sa vie (a été) était très étonnante puisqu' il connaissait beaucoup de gens aux frontières et de nombreuses aventures grâce au contrebandier !

Les bidons anatomiques
Repost 0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 12:29
Repost 0
20 juillet 2013 6 20 /07 /juillet /2013 11:09
Repost 0
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 08:57

C'est un objet qui ressemble à une corbeille dont une partie est ouverte. Il a deux anneaux pour que le paysan puisse bien le tenir. Il est fabriqué en paille de forme arrondie. On l'utilise pour trier les céréales et les séparer des petites pierres ou du sable.
D'abord, on y met les céréales qu'on a récoltées. Puis on les lance légèrement en l'air et on les récupère avec un balancement vertical. Comme les petits cailloux sont plus lourds, ils tombent à l'extérieur. Mais attention de ne pas tout perdre, il y a un coup à prendre !
En Corée, on utilise également cet objet de vannerie dont le nom est "Ki". Il est d'une forme différente, plus long. Le côté ouvert est rectangulaire et il n'a pas d'anneau. De plus, il a une autre fonction. Quand un enfant ne plus fait plus pipi au lit la nuit, on lui fait porter cet objet sur la tête comme un chapeau et il doit se promener dans son petit village en demandant du sel à ses voisins.

Le tamis à céréales
Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 22:10

A quoi vous pensez si je vous dis que je vais vous parler de colliers Évidemment, à des jolis colliers portés par les femmes. Mais aujourd'hui, je voudrais vous présenter des colliers de chien qui datent du XIX ème siècle. D'abord, une scène que l'on voit régulièrement dans les montagnes : un chien de troupeau dont le cou est muni d'un collier de fer hérissé de piques avance fièrement. Ce sont des armes pour les chiens. Auparavant, les chiens servaient à surveiller les troupeaux, rassembler les moutons, les vaches,... Voyez-vous des piques pointus autour. Il nous faut penser que pendant très longtemps, les montagnes ont caché des loups, des ours et beaucoup d'autres animaux sauvages. Les piques avaient pour fonction de blesser ceux qui attaquaient. Ainsi, les chiens pouvaient bien se protéger, de même que le troupeau . Mais actuellement, ces piques ont disparu tout comme les ours. Par contre, le collier est un accessoire toujours utilisé.











Le collier
Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 19:06

L’objet que je vais décrire est un ensemble des sonnailles ou autrement dit, des cloches pastorales. La série en haut est composée des sonnailles/cloches pastorales à toucher, faire sonner, comparer, réalisées par Gérard Devouassoud en 1829. Ces sonnailles d'acier du type Chamonix étaient très estimées par les éleveurs bovins des Alpes occidentales. Au milieu du chevalet en bois se situent des cloches d’acier, réalisées en 1990 à Chamonix aussi par Devouassoud et enfin, la série plus en bas consiste en sonnailles cuivrées, réalisées en 1991 à Hérépian, par l'Atelier Bruneau-Granier, dont il y a trois types; deux platelles, deux redons et deux piques. Toutes les sonnailles sont disposées de la plus grande vers la plus petite. Au-dessus des cloches du haut et du milieu, nous voyons l'image d'une vache, tandis que sur la planche en bas se trouvent six images de différents animaux, comme un mouton, une chèvre, un bouc, etc... Chaque animal représente sa sonnaille. La plus grande est réservée à l’animal le plus fort, la plus petite à celui qui est le plus faible et le plus petit, par exemple le chien qui garde le troupeau. Sur le côté gauche se situent deux petits panneaux avec des explications à propos des sonnailles qui étaient utilisés non seulement pour faire sonner, comparer, mais aussi pour appeler les paysans aux événements importants dans la ville. Si le son provenait de la cloche la plus grande, cela signifiait que l’événement était plus important que celui de la cloche la plus petite.

.........................................................................................................................................


L’objet qui m’a sauté aux yeux était le collier coudé avec la sonnaille en tôle de fer cuivré. La sonnaille est depuis toujours l’objet qu’on associe aux vaches ; mais dans ce cas-là, il est associé aux moutons, chèvres et brebis. Comme la Slovénie est aussi un pays des Alpes, je connaissais déjà les sonnailles. Elles sont utilisées pour émettre des sons grâce auxquels les bergers peuvent savoir où le bétail se cache. Je crois que c’est une bonne idée, mais parfois, leur taille me semble exagérée. L'une d'entre elles était énorme. Je ne peux même pas imaginer qu'une grosse chèvre puisse la porter. Selon moi, c’est une situation pénible pour le bétail ; il ne peut pas se plaindre et montrer que cela lui ne convient pas. De plus, c’est pénible. Je trouve aussi un peu bizarre que les chèvres, moutons et brebis en portent une hors de la pâture. Comme le bétail partageait l'habitation de ses maîtres, il ne devait pas être agréable de l'entendre si le bétail bougeait la nuit. J’espère qu’ils leur enlevaient les sonnailles pour mieux dormir.

Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 18:59

La charrue est un outil avec lequel les agriculteurs peuvent labourer les terrains agricoles. Sur la photo, on voit une charrue du Moyen-Age. Aujourd˙hui, on utilise des charrues plus modernes.
Tout d˙abord, elle est en bois et métal. Elle fait à peu près 2 mètres de long. Elle est composée de plusieurs parties : deux roues, deux manches, la partie en métal qui est un élément clé. Au XXème siècle, elle a beaucoup changé, c˙est-à-dire qu˙elle est aujourd'hui toute en métal et même de couleurs diverses.
Ensuite, elle est utilisée pour labourer les champs en été et au printemps, plus précisément pour remuer la terre après une longue période de repos durant l˙hiver qui l˙a abîmée. De plus, cette terre est préparée à recevoir le semis, et les mauvaises herbes sont arrachées.
Mais on ne peut pas l˙utiliser sans l'aide d'au moins deux animaux : un bœuf, une vache, un cheval ou un taureau, car l˙animal doit être assez fort pour la tirer. De plus, une personne doit la manipuler à l˙aide de deux manches. Aujourd˙hui on utilise des tracteurs, on doit labourer plus de terres qu˙autrefois.
En conclusion, on peut constater que la charrue est un outil très utile, qui a dans le passé permis à des paysans de labourer la terre plus rapidement et ainsi la récolte était meilleure.

La charrue
Repost 0
18 juillet 2013 4 18 /07 /juillet /2013 16:05

Les gens de l'Alpe se servaient de marques à pain sur lesquelles les initiales du chef de la famille étaient taillées pour que chaque famille puisse reconnaître son propre pain. À cette époque-là, le pain était cuit dans de grands fours qui ressemblaient à des maisons et c’est la raison pour laquelle il était nécessaire de pouvoir les distinguer. Ces objets, qui sont en bois, étaient très finement travaillés par les paysans. En plus des initiales de la famille, elles portaient des décorations, des signes ou même des motifs religieux. On peut voir que les formes rondes comme les torsades étaient très populaires étant donné la gamme d’outils qu’ils avaient à leur disposition. Ces objets sont de l’art populaire. Ils étaient d'abord utiles mais on faisait beaucoup d’efforts quand-même pour les personnaliser puisque c'étaient des objets dont on se servait très souvent, transmis de génération en génération. Cependant, en dépit de l’importance de l’identité de chaque famille, la vie montagnarde était très démocratique. Sur la photo, on peut voir des marques à pain qui étaient utilisées par la population du Queyras, une vallée du département des Hautes-Alpes, l’une des dernières régions à être touchée par le tourisme vers la fin du XXème siècle. J’ai été impressionnée par la complexité des objets étant donné qu’ils étaient fabriqués par des personnes dont la vie était vraiment difficile.

Marques à pain

Marques à pain

Repost 0

Texte Libre

 

 

Vagabondages sur les chemins

  

du  Français Langue Etrangère

Catherine Fert
 

  

Catherine.Fert@u-grenoble3.fr


Rechercher

Catégories